Connexion
Vous avez crédits

Sylvopastoralisme

DUC, AMANDINE

sylvopastoralisme

La démarche

Ferme de Sadoux, Amandine DUC et Benjamin COURBIS, élevage caprin avec un troupeau de 90 chèvres chamoisés, nubiennes et saanens. Ils sont fromagers et fabriquent des Picodons. Commercialisation : vente à la ferme, accueil de groupes, marché de Bourdeaux /Richerenches et vente dans des campings. Ferme familiale reprise en 2003 sur 107ha.

 « Le troupeau a toujours été accompagné, avec les années cela a façonné le paysage. Le pastoralisme permet de produire du bon lait à moindre coût. Mener son troupeau fait parti intégrante du métier de chevrier. »

L’innovation est dans la poursuite et la continuité de cette pratique. Cela va  à contresens de l’évolution du fonctionnement actuel d’une ferme caprine.

 

« Dès que le temps le permet, les chèvres vont en extérieur. Au début de la saison, elles mangent les nouvelles herbes, chêne, pins, ronces, aubépines. En été et jusqu’à septembre, elles sont attirés par les feuilles, les écorces et carottes sauvages. Elles sortent aussi en hiver s’il n’y a pas de neige. Des parcs délimitent les parcelles. Les chèvres sont sorties à 7h le matin, elles rentrent pour 14h, notamment pour boire. Des compléments alimentaires sont distribués durant la traite. Du fourrage supplémentaire est donné par mauvais temps, si les chèvres ne sortent pas. Nous cultivons de la luzerne, du trèfle et du sainfoin. »

Aspects financiers

« C’est intéressant économiquement car nous achetons moins de fourrage. »

Points forts et difficultés

Avantages :

-          Moins de problème de maladie, moins de parasitisme,

-          Pour l’environnement pas de surpâturage, une bonne qualité du sol,

-          Economiquement, c’est plus intéressant financièrement, moins d’achat de fourrage,

-          Le goût des fromages varie durant l’année et correspond à un terroir,

-          C’est très positif pour le bien être animal.

 

Difficultés

-          Il faut apprendre à gérer son temps,

-          La présence du loup et des attaques,

-          La présence des randonneurs qui ne referment pas derrière eux les clôtures.

Conseils de AMANDINE

« De bien s’équiper de matériel pour débroussailler, de clôtures, à certains endroits c’est à nous éleveurs de maintenir ouvert certaines landes, les chèvres n’en font qu’une partie.

Autre élément important avoir une bonne connaissance de l’alimentation nécessaire au troupeau. »

Ressources

Accompagnés par

SCOPOLA : www.scopela.fr : conseils et formations en élevage

L’alimentation du troupeau en gestion pastorale