Connexion
Vous avez crédits

Gestion des milieux naturels par le troupeau

PELURSON, sebastien

Gerer le milieu avec le troupeau

La démarche

Présentation de la ferme 

Sébastien Pélurson, éleveur ovins et caprins, Mornans, pastoralisme intégral et transhumance.

D’où vient ce projet – à quelle problématique il répond 

Les journées de réflexions collectives sont à l’initiatives des éleveurs de la vallée, qui ont souhaité échanger suite à des problèmes d’embroussaillement du milieu et de gestion notamment de ligneux comme le genêt. Les agriculteurs faisaient face à la fermeture de certains espaces suite à la prolifération de certaines espèces : genêts, prunelier, ronces. Ils souhaitent néanmoins conserver leur mode d’élevage pastoral et donc trouver des solutions.

Pourquoi c’est innovant ?
La problématique d’embroussaillement du milieu a toujours existé. Ce qui est innovant, c’est de vouloir maitriser, contrôler le milieu naturel, à l’aide du troupeau. Ce qui est innovant, c’est aussi l’approche systémique de la question, qui tient compte à la fois des besoins et des comportements du troupeau, du fonctionnement écologique de la prairie et des objectifs/ contraintes de l’éleveur.


Comment ça fonctionne ?
Afin de réfléchir à cette question, les éleveurs de la vallée ont souhaité travailler en collectif. Ils se réunissent deux jours par an (au printemps et à l’automne) dans le cadre d’une formation organisée par l'ADEAR de la Drôme. Pour animer leur réflexion et les conseiller, ils font appel à un bureau d’étude nommé Scopela. Les agriculteurs se réunissent à chaque fois chez un éleveur différent afin de pouvoir étudier différents exemples.
Une journée type est organisée ainsi :

- Le matin : les éleveurs abordent la partie théorique, en salle, avec des échanges sur les pratiques des éleveurs présents. Cela permet d’identifier les points de réussite, d’échecs de chacun. Le technicien est là aussi pour apporter des éléments de comparaison avec d’autres systèmes en France.

- L’après-midi : sortie sur le terrain pour faire des études de cas et répondre aux questions de chacun.  


Au programme : élaboration d’un calendrier de pâturage. Initiation à la reconnaissance des différentes espèces fourragères intéressantes et de leur fonctionnement.

Aspects financiers

Le pâturage coûte moins cher que le broyage ou le brûlage pour entretenir le milieu. Il rapporte même de l’argent à l’éleveur car il augmente sa ressource fourragère.
Certains éleveurs sont encouragés à mettre en place ce type de pratique dans le cadre de Mesures Agro-environnementales et climatiques

Points forts et difficultés

Les points forts :  
Le principal point fort de la journée est la réflexion collective. Elle permet en effet de produire de nombreuses références locales basées sur l’expérience des éleveurs.
Le pâturage permet de faire des économies d’achat de fourrage ou de concentré, ce qui est non négligeable en élevage allaitant.
Si cela est bien fait, le pâturage peut être plus efficace que le broyage ou le brulage sur la gestion de certaines espèces.


Les difficultés- les points de vigilance
L’éducation à consommer certaines espèces et la transhumance sont des pratiques qui demandent du temps.  L’éducation des jeunes agnelles passe en effet par le principe de faire des enclos plus petits. 

Conseils de sebastien

L’agriculteur conseille à ses pairs cette technique uniquement si la question les intéresse car la démarche demande du temps, de la réflexion et n’est pas évidente à mettre en place.

Ressources

Contacts
Pour en savoir plus sur ces journées :


ADEAR
Magali Lejaille : adeardrome@gmail.com, 04 28 51 00 02


Bureau d’étude SCOPELA
Cyril Agreil, c.agreil@scopela.fr, +33 (0)9 62 24 76 84


Communauté de commune du Val de Drôme  
Elise Chevalier, animatrice : echevalier@val-de-drome.com, 06 73 90 26 85


Pour d’autres informations :
Le pâturage des brebis pour la maîtrise des landes à genets :
https://www.researchgate.net/profile/Michel_Meuret/publication/262674719_Repondre_a _une_politique_de_conservation_de_la_biodiversite_le_paturage_des_brebis_pour_la_mait rise_des_landes_a_genets/links/0c96053860c21cc5c6000000/Repondre-a-une-politique-de
conservation-de-la-biodiversite-le-paturage-des-brebis-pour-la-maitrise-des-landes-agenets.pdf
Cette article décrit le comportement d’ingestion des brebis mais aussi le comportement de développement des genêts.
En fin d’article, 2 préconisations de mode de gestion de landes à genets sont proposées selon deux exemples, le massif central et les pyrènes


ADEM, plaquette sur le débroussaillement pastoral dans la Drôme
https://adem26.files.wordpress.com/2012/04/plaquettea3_rc3a9gion_07-05-09-pourimpression1.pdf
Spécificité de la flore locale de la Drôme et quelques pistes de gestion pastorale selon les espèces


CERPAM, Broussaille et pâturage, un autre regard
http://ws.pole-gestion.fr/uploads/ged/document/2017-09/Broussaille%20et%20paturageCERPAM.pdf
Ce document présente 15 exemples situés en PACA et Occitanie. Pour chaque exemple, il y a la description du milieu, des enjeux, de l’aménagement pastoral ainsi que les points forts et les difficultés dans chaque cas.


Patur’ajust, le réseau technique pour la valorisation des végétations naturelles par l’élevage
http://www.paturajuste.fr/
Vous trouverez sur ce site technique les différentes formations sur les thématiques proposées par le réseau ainsi qu’une partie forum si vous souhaitez interagir avec d’autres éleveurs sur le sujet.


La broussaille, un atout pour le pâturage
http://www.journees3r.fr/IMG/pdf/2007_04_pastoralisme_03_Roudaut.pdf
Un article scientifique sur les bénéfices que peuvent avoir les arbustes sur les prairies et dans le régime alimentaire du troupeau.

La vidéo présente la thématique de la valorisation des prairies, des parcours par les troupeaux Elle présente ce sujet dans le cadre d’une formation collective pour les éleveurs.