Connexion
Vous avez crédits

Production de gelée royale issue de l'agriculture biologique

SIBUET, Mathieu

geleeroyale

La démarche

Installé depuis 2015 sur Grâne, a démarré avec 50 ruches à gelée royale et 25 ruches à miel. En 2017 il dispose de 100 ruches à GR (50 essaims pour l’année n+1 et 50 ruches en production de gelée)

 

Historique : dans les abeilles depuis ses 11 ans, en GAEC avec ses parents pendant 8 ans dans la haut-Beaujolais, sur de la production de gelée royale. Il lui a paru difficile de travailler en famille, il est parti du GAEC a arrêté l’activité apicole pendant 10 ans, puis après une saison en 2014 chez ses parents, il a eu envie de remettre le pied à l’étrier et s’est installé en exploitation individuelle.

 

La production de gelée royale : pour produire de la GR on fait élever des reines dans des ruches grandes (dadant 12 cadres), cloisonné verticalement par une grille à reine ; du côté où il n’y a pas la reine on apporte du couvain jeune où il y a un maximum de nourrices. Les ruches ont un comportement normal car une reine est présente, il est important que la reine ponde bien pour disposer un maximum de nourrices (qui sont les jeunes abeilles).Greffage : les larves sont issues d’un rucher spécifique, elles sont transférées dans des cupules (J+4 après la ponte), mise dans les ruches à cloisonnement. 3 jours après, les cupules sont récupérées pour extraire la gelée royale. Il est important que les larves de reines ne soient pas trop vieilles pour garantir une qualité de gelée royale (après 3 jours d’élevage, les  larves commencent à produire des déchets que l’on peut retrouver dans la gelée). La gelée est aspirée puis filtrée et stockée au froid (sans congélation).

La gelée royale bio : rien de spécifique dans le cahier des charges de  la bio (européen). Adhérent au GPGR : groupement des producteurs de gelée royale, qui gère un cahier des charges spécifique. Notamment les ruches à gelée ne doivent être nourries qu’au miel, nourrissement au sucre interdit. En effet, la gelée est une sécrétion interne des abeilles qui dépend énormément de la nourriture des abeilles, sa composition peut être modifiée si les abeilles sont nourries au sucre.

 

Production annuelle : 40 kg de gelée pour 50 ruches en production, très bon rendement. La moyenne au GPGR est de 23 gr/ruche/levée alors que Mathieu est plutôt autour de 50 gr/ruche/levée. Production d’une tonne de miel en parallèle. Il est important de produire du miel en parallèle de la GR pour 2 raisons : les ruches à GR sont nourries au miel en cas de disette, le miel est un produit d’appel et permet d’être référencé plus facilement dans un magasin.

Le GPGR est un énorme appui technique pour Mathieu et de lieu d’échange entre apiculteurs. Un groupe de travail sur la sélection des reines est actif depuis plusieurs années, les souches créées peuvent ensuite être greffées par les adhérents.

Commercialisation : principalement vente auprès d’apiculteurs en gros (1 kg) ou conditionné. Vente à des magasins bio également, et un peu de foires. Le miel est vendu exclusivement au détail.

Aspects financiers

Investissement : autour de 50 000 € à 60 000 €

Chiffre d’affaire : autour de 50 000 € en 2015 et 2016.

 

Points forts et difficultés

Avantages :

  • La production de gelée royale demande peu d’investissement (moins que de la production de miel qui demande plus de mécanisation).
  • Travaille avec des ruches Dadant 12 cadres, grand format qui permet d’avoir beaucoup de nourrices dans les ruches et donc une production plus élevée de GR.
  • Installation individuelle depuis 2 ans mais expérience de près de 10 ans en GAEC ce qui lui a permis d’avoir un niveau de rendement très intéressant dès la 1ère année d’installation.
  • Adhérent au GPGR : ressource technique énorme

 Difficultés :

  • Connait peu la région en terme apicole ; région qui ne lui paraît pas favorable pour la production de miel (nécessite de longues transhumance), contrairement à la région où il était installé avant avec ses parents.
  • GR est une production délicate qui demande quelques années de pratiques avant d’obtenir un niveau de production intéressant.

Conseils de Mathieu

-          Il faut produire un minimum de 20 kg pour avoir un atelier de GR rentable.

-          Pour faire de la gelée royale il faut une génétique adaptée

-          La problématique du varroa est importante à maîtriser, surtout en bio. Il faut avoir plein de cordes à son arc et pouvoir faire du cas particulier à la ruche en termes de protocole de traitement. Cela demande plus de temps, mais c’est le plus efficace. Il faut coupler les pratiques mécaniques et les traitements.

Ressources

Syndicat de l’Abeille de la Drôme et de l’Ardèche

http://info.miel.free.fr/info.miel/Qui_sommes_nous.html

Syndicat national

https://www.unaf-apiculture.info/qui-sommes-nous/les-syndicats-en-region.html

Info sur la production de gelée royale – Groupement des Producteurs de Gelée Royale

http://geleeroyale-gpgr.fr/la-fabrication-de-la-gelee-royale

 

Apiculteur bio producteur de gelée royale