Connexion
Vous avez crédits

Valoriser les déchets verts

Jullian , Cyprien

comppost

La démarche

Présentation de la ferme 

Cyprien a repris la ferme familiale (anciennement en vache laitière) en 2017 pour constituer un troupeau de vache allaitante Aubrac (une vingtaine de mère) en bio. Il est auto suffisant en céréales et en fourrage. Il vend l’excédent directement à des éleveurs de la vallée. Il commercialise sa viande en directe.

D’où vient ce projet ?

L’effectif du troupeau ayant été réduit et le troupeau pâturant quasiment toute l’année, le fumier de son élevage n’est pas suffisant pour amender ses céréales et fourrages. Cyprien est également associé sur une exploitation caprine laitière, ce qui lui laisse très peu de temps pour aller chercher des fumiers sur d’autres exploitations. Il avait donc besoin d’une solution économe en temps. La CCVD quant à elle, en tant que collectivité, doit traiter d’énormes quantités de déchets verts. La valorisation en compost lui permet d’écouler une partie de ses volumes.

Comment ça fonctionne ?

Cyprien a signé une convention de partenariat avec la CCVD

2 journées de formation sur le compostage ont été proposées.

Lorsqu’il a besoin de broyat, il contact le service déchets de la CCVD, leur précise le volume souhaité et le lieu de livraison. Le broyat (0-150 mm) est livré, frais, à l’endroit voulu, par les services techniques de la CCVD. Les analyses physico chimiques du broyat obtenu sont réalisées à chaque fois et il est possible de les demander au service déchets de la CCVD. Ces analyses doivent ensuite être envoyées à l’organisme certificateur qui conclura à la possible utilisation en bio.

Le broyat après la livraison, est disposé en andain

Cette andain va être retourné deux fois en moyenne, par le retourneur d’andain de la CUMA, à 60 jours d’intervalles pour une meilleure aération.

Le compost est ensuite étendu sur les parcelles grâce à un épandeur à fumier.

Aspects financiers

-          Le broyat : Cela lui revient à peu près à 1000 euros brut par an

 

Nature du produit

Broyé/benne 30m3

Criblé/benne 30m3

Coût en € livré chez l’agriculteur

30

50

Coût en € si chargement et livraison à la charge de l’agriculteur

20

40

 

-          Le retourneur d’andain :

7,50€ la minute avec un minimum de facturation de 7 minutes.
Le forfait de mise en place est de 15€ par site de retournement.

L’adhésion à la CUMA s’accompagne d’une prise de parts sociales.

Toutes ces charges sont à ramenées à une vingtaine d’hectares.

Points forts et difficultés

Les points forts :

-          Cette solution de livraison permet à Cyprien de gagner beaucoup de temps. Il n’a pas à aller chercher lui-même le compost. Il a seulement besoin de temps pour l’épandre.

-          Permet d’apporter un amendement complet bio à un prix raisonnable

-          Permet d’éviter l’érosion et la sécheresse dans un sol riche en gravier.

Les difficultés- les points de vigilance

La qualité et le criblage du broyat est assez hétérogène, ainsi que sa vitesse de dégradation et la qualité du compost obtenue.

Il lui manque un épandeur adapté (verticale).

Conseils de Cyprien

Il faut que le compost soit très humide pour bien se dégrader.

Ressources

Pour plus d’informations :

-          Services déchets de la CCVD

Clothilde Martin

cmartin@val-de-drome.com

04 58 17 51 11

-          Retourneur  d’andain

Animateur des FDCUMA Drôme : Bastien Boissonnier (Portable : 06 63 82 36 95)

95 avenue Georges Brassens – 26500 Bourg-Lès-Valence  Cedex
04 27 24 01 76 - www.cuma.fr/fiches/drome-federation-des-cuma

Bernard BRET, président de la CUMA Terre Avenir 26 qui possède le retourneur d’andain.

Cyprien Jullian est éleveur bovin au Poët Célard. La matière organique de son troupeau n’est pas suffisante pour assurer l’amendement de ses céréales et prairies. Pour compenser cela, il utilise du compost de broyat de déchets verts